Charloun Rieu, poète du terroir des Alpilles

Littérature, Personnages célèbres

Charles Henri Rieu, dit Charloun Rieu est né à Paradou le 1° novembre 1846.
Il était de famille nombreuse et de condition très modeste. Poète du terroir mais aussi simple ouvrier agricole, il voyageait de mas en mas au gré des récoltes.
Charloun Rieu est célèbre grâce à ses poèmes et chansons de langue provençale « Les Chants du terroir » qui paraissent en 1897.

Charloun Rieu, le poète :

Certaines chansons sont toujours interprétées de nos jours, notamment la fameuse « Mazurka sous les pins » reprise dans toutes les fêtes folkloriques de la région.
Il était grand ami de Mistral qui disait de lui :

« Il y a, à quelques kilomètres d’ici, un paysan gagnant quarante sous par jour, que je considère comme le premier poète populaire actuel de France. Il s’appelle Charles Rieu. »

Il publia des contes dans le journal « L’Aïoli » et fit une traduction de l’Odyssée en Provençal. Il écrivit également une pièce de théâtre « Marguerite du Destet ».

Son tombeau magnifiquement orné au cimetière du Paradou, atteste de l’attachement des Provençaux à ce poète !

Le tombeau de Charloun Rieu à Paradou
Le tombeau de Charloun Rieu à Paradou

Charloun mourut accidentellement le 10 janvier 1924 au mas d’Auge près du mont Paon, entre Fontvielle et les Baux.

On trouve un buste de Charloun Rieu sur le site des Baux de Provence au-dessus de la falaise et également devant la mairie de Paradou.

Marie Mauron a obtenu le prix Fréderic Mistral en 1950 pour son livre consacré au poète.

Promenade sur les traces de Charloun Rieu:

S’ils sont attentifs, les promeneurs qui passent à Paradou sur la route de l’Arcoule, là où le canal alimentait les moulins autrefois, pourront lire un panneau qui évoque parfaitement l’humilité de ce poète méconnu :

« Je suis la Durance, j’arrose la Crau et toi douce terre des Baux en m’en allant vers le grand Rhône de mon eau tu auras un peu. »

Plaque à la mémoire de Charloun Rieu
Plaque à la mémoire de Charloun Rieu

Voici un célèbre extrait de la « Mazurka souto li pins » :

Venès, que l’ouro s’avanço,
Es fèsto au mas d’Escanin.
La mazurka, gènto danso,
La faren souto li pins.

 

Pour terminer voici comment Charloun Rieu ouvre son œuvre consacrée à l’Odyssée dans le chant premier :

Muso, parlo me d’aquel ome endùstri que barrulè tant de tèms

Si vous aussi tel Ulysse, vous « barrulez » au hasard sur Internet, arrêtez-vous donc un moment sur alpilles-info.fr, vous y découvrirez quelques trésors…

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.