La tour des Opies

Tourisme

La tour des Opies est le point culminant du massif des Alpilles.
Elle doit son nom au massif qui en provençal se dénomme Aupiho francisé en Opies.

Du haut de ces 498 mètres, ce point culminant des Alpilles se trouve entre Aureille et Eyguières.
On y trouve une petite tour carrée construite par l’occupant durant la seconde guerre mondiale.
Elle servit d’observatoire jusque dans les années 1960 puis fut abandonnée. Il ne reste que peu de traces de l’occupation humaine si ce n’est la ruine et quelques poteaux vestiges de la ligne électrique sur le versant sud.

Ce sommet est une randonnée de choix. De nombreux marcheurs y montent surtout en hiver car l’été la chaleur et les réglementations concernant les incendies rendent la randonnée aléatoire.
Il existe plusieurs itinéraires d’ascension, le plus fréquenté est celui qui part du village d’Aureille. Le point de départ est le cimetière du village. Il faut suivre le GR6 vers l’est puis passer dans un vallon à l’ouest de la tour. Monter dans une zone ravagée par un incendie puis par un bois de buis caractéristique afin d’atteindre un collet. Par une sente escarpée sur la droite, on gagne le sommet.
Généralement les randonneurs descendent par le même chemin ou bien alors par une sente très escarpée en face sud.
Il est également possible de partir du vallon des Glauges à l’est et même de la bergerie de la Romanière en passant par la grotte de l’Arpian et les Barres Rouges mais ce dernier itinéraire, très sauvage est réservé aux randonneurs intrépides.
Décrire entièrement l’ascension sortirait du cadre de ce guide. Quoi qu’il en soit, il s’agit d’une randonnée d’envergure, dans un massif isolé et austère. Il ne faut surtout pas s’y aventurer tout seul !

Si vous désirez effectuer une promenade, je vous propose plutôt de rester au pied du massif afin de découvrir une superbe bergerie voûtée. Il vous suffit de suivre le GR6 (traces rouges et blanches) qui chemine au pied de la tour des Opies en face sud entre Aureille et Eyguières. Vos partez du cimetière d’Aureille et marcher quasi tout droit jusqu’à la bergerie en dépassant des bosquets de chênes verts qui servent de refuge à une manade de taureaux…

Vous aurez peut-être la chance d’apercevoir des parapentes qui décollent d’un mamelon au nord-ouest de la bergerie.
La bergerie voûtée est superbe. Un puits se cache dans un bosquet au sud de la bergerie…
De ce point, une minuscule sente conduit à la grotte de l’Arpian, une des rares cavités des Alpilles, terrain de jeu des spéléologues. Elle doit son nom au premier gamin qui osa s’y aventurer.
Elle présente plusieurs salles et offre de nombreuses chatières dont certaines sont vraiment étroites…

Nous ne décrirons pas précisément son accès réservé aux bons marcheurs…

2 comments

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.